tete
Partager sur Facebook Partager sur MySpace
Succube
Incube
gar
gar
.

N'oubliez jamais que la personne avec laquelle vous conversez, quel que soit le temps que vous avez passé à communiquer, est un étranger. Et une rencontre est toujours un moment délicat.
(Ce qui valable pour les Dominants et les soumises l'est également pour les Dominantes et soumis)


1 – Exigez des références (anciens partenaires, notoriété, etc…) et les VERIFIER.
Les bons Dominants sont rares et leur publicité s’étend rapidement, alors que ceux qui font n’importe quoi à n’importe qui le crient rarement sur les toits.

2 – Définissez les limites de chacun.
La communication doit être très ouverte, très honnête. A la première contradiction, à la première hésitation, tournez les talons. Elle sera suivie d’autres, et la confiance ne pourra pas s’établir.
Il y a plusieurs sortes de limites. Les infranchissables et celles que vous pourriez peut-être franchir dans une relation poussée. Citez-les toutes. Il serait regrettable qu’il vous présente son Doberman parce que vous avez oublié de préciser que pour vous la zoophilie est un NON définitif ou qu’il sorte sa panoplie de chirurgien si vous avez la phobie des aiguilles.

3 – Cadrez la séance.
N’ayez pas d’appréhension à dire clairement ce que vous attendez de la rencontre. Ce que vous souhaitez expérimenter pendant cette première session. C’est un questionnaire soutenu qui doit être rédigé.
Où aura lieu la session ?
Qui sera présent ?
Quel sera le rôle des participants s’il y en a ?
Y'aura t-il des relations sexuelles ? bisexuelles ? orales, vaginales, anales ? Protégées ?
Quelles pratiques seront à l’ordre du jour ?
Combien de temps durera la séance ?
Quel sera le ou les mots de sécurité ?ff

4 – Prévenez-le d'éventuels problèmes médicaux. Votre partenaire ne lit pas dans les pensées, vous vous devez de lui donner le maximum d’informations afin de mettre toutes les chances de côté pour que la session se déroule du mieux possible.
Exemple : eczéma = pas de cire ; tendinite au bras = pas de suspension, asthme = pas de baillon … etc

5 – Informez-le de vos expériences passées, les positives ainsi que les négatives.

Qu’il sache ce qui pose problème ou vous donne satisfaction. Ce sera à lui de mettre les atouts en commun afin que chacun de vous en tiriez plaisir. Ne négligez pas les détails, ils sont extrêmement importants.

6 - Demandez-lui ses coordonnées exactes et VERIFIEZ-les.

Un numéro de portable est très insuffisant et trop anonyme. Gardez en mémoire qu’une soumise va rencontrer une personne ayant des tendances sadiques, et ce n’est pas une mince affaire. Quant’ au Dominant, il peut aussi avoir affaire à une soumise dont l’équilibre est très incertain, et cela aussi, c’est à prendre en considération.

7 – La première rencontre doit se dérouler dans un lieu public, tel qu'un café ou un restaurant, n'acceptez jamais de rencontrer un inconnu dans une chambre d'hotel ou chez lui. Avoir le fantasme de se livrer pieds et poings liés à un étranger est une chose, vous mettre en danger de rencontrer un félé en est une autre. Vous ne savez jamais à qui vous avez affaire. Même si votre intuition vous dit que vous avez affaire à une personne respectable et responsable, vous ne pouvez jamais en être sûre. Si cette personne est sérieuse, elle comprendra très bien vos réticences et suivra vos mesures de sécurité. Vous pouvez également vous rencontrer dans un club tel que Cris et chuchotements, et dans ce cas, faites-vous accompagner d’une tierce personne qui vous connaît bien et a suffisamment d’expérience pour vous assister lors de ce premier essai.
Contrairement aux clubs américains où les DM (Dongeon Master) sont très présents pour surveiller les scènes, il n’en existe pas en France. Une tierce personne pourra en faire office.

Après quelques rencontres en toute sécurité, si la scène doit se dérouler en privé, et si vous êtes seuls, refusez d’être attachée, gardez la possibilité d’arrêter toute scène qui vous pose problème si vous n’avez pas l’habitude d’utiliser les mots de sécurité. Votre partenaire peut 'péter les plombs' une fois que vous vous retrouvez seule avec lui.
Mettez en place un ‘safecall’. Prévenez votre Dominant qu’une personne vous téléphonera à telle heure et que vous devrez répondre. Instaurez un mot de code avec cette personne. Un mot anodin que vous aurez choisi à l’avance signifiera ‘sors-moi de ce guêpier.
Par exemple : ‘Dis à Françoise que tout va pour le mieux’ devra déclencher le plan ‘on débarque et on te sors de là’.

Et enfin, gardez en mémoire que le risque zéro n’existe pas. Que malgré toutes ces précautions, et la mise en œuvre pour réduire les dangers, nos pratiques n’en sont pas dénués.
J’insiste encore sur la nécessité de vérifier et de revérifier les informations qui vous seront données et principalement les références. Sachez que les prédateurs sont là et qu’ils chassent parmi les novices. Elles sont vulnérables, n’ont pas d’éléments de comparaison et leurs critères de jugement sont insuffisants.
20 ans d’expérience ne signifie strictement rien. On peut avoir été nul et le rester.

 

haut de page / Retour

Power by Power by