tete
Partager sur Facebook Partager sur MySpace
Succube
Incube
gar
gar
.

Introduction

Sans doute est-il idiot de définir un style littéraire à partir de rien, avant même que la première pierre ne soit posée, le premier texte écrit.

Il est en général admis que le courant est défini quand plusieurs auteurs écrivent dans un style proche ou que leurs oeuvres ont des caractéristiques communes.

Un critique ou un universitaire se charge alors d'inventer une étiquette pour classer et ancrer dans l'Histoire un mouvement qui ne va généralement plus très loin dès lors qu'il est défini...

La cyberculture n'a jamais décollé en France". Voilà ce qu'on peut lire un peu partout.

A mon avis, le cyber est mort-né et c'est une bonne chose. Il ne sera jamais à la mode (dans sa forme la plus extrême et intègre s'entend) ? Tant mieux.

Il n'intéresse personne ? Quand on dit ça, on veut en général dire qu'il n'intéresse que des minorités...

Génial ! Nous nous adressons à des individus, pas à la masse.

Nous prenons le cybergoth comme un groupe de musique prend un vieux local et le retape.

Nous allons l'aménager à notre goût sans tenir compte des règles de l'art (que d'ailleurs nous ne connaissons pas).

Le cyber est mort-né et le cybergoth meurt. Il n'y aura ici que le résultat d'un exercice de style. Les textes répondront à ces deux règles :

La première est d'être assez court pour être affiché sur une page web (formule "divagations").

La seconde est de prendre au gothique l'ambiance et éventuellement quelques décors et créatures, et au cyberpunk l'esprit et l'environnement hyper-technologique

. Bref, de rassembler des ingrédients que nous adorons pour essayer d'en faire un plat qui plaise...

aux gourmets.

Le cybergoth est mort, vive le cybergoth ! moi je le fait revivre !!

Haut de page

Power by Power by